Factions terriennes…

Bien que toujours appelés « Terriens », les différentes factions humaines ont depuis longtemps quitté leur planète-mère pour de nouvelles galaxies. Après la découverte de la technologie des générateurs de trous de ver, les six principales factions terriennes ont colonisé les systèmes proches, laissant derrière elles une planète exsangue et mourante. Les Terriens ont par la suite prouvé leur remarquable adaptabilité. Après avoir survécu au désastre du Premier Contact et à la guerre contre l’espèce qu’ils nommèrent l’Hégémonie, ils ont su se développer rapidement et sont maintenant considérés plus ou moins unanimement comme un membre fiable du Conseil Galactique. Le principal défaut de la faction terrienne et la raison probable qui les empêche d’élever leur statut est leur besoin inhérent de se perdre en conflits de factions.

Le Directorat gouverne le secteur Procyon avec une main de fer. Un siège au Cercle Intérieur n’est accessible qu’à des membres triés sur le volet (et, d’après les rumeurs, génétiquement modifiés) afin de faire perdurer la lignée des Directeurs. Bien que cela conduise à d’inévitables luttes de pouvoir, le Directorat est déterminé à mener une civilisation largement prospère à un futur glorieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Fédération est composée de nombreux systèmes partageant des idéaux et des histoires relativement similaires. Le système Altaïr, siège du parlement fédéral, est considéré comme le plus important d’entre eux. Les différents états bénéficient d’une large autonomie mais, quand le besoin s’en fait sentir, peuvent collaborer très efficacement pour protéger la Fédération.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la longue diaspora, l’Union terrienne a trouvé refuge dans le système Eta Cassiopeiae. Malgré quelques frictions internes, l’Union a fait front durant les périodes difficiles souvent grâce à des efforts diplomatiques et une neutralité prudente. Cependant, cette attitude pacifiste pourrait bientôt changer si l’on songe que les ressources du système ne pourront bientôt plus suffire à subvenir aux besoins de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *