Couvshakespeare

Shakespeare : la troupe s’agrandit

Shylock, du Marchand de Venise, est un prêteur sur gages aigri par le succès de son rival chrétien Antonio, le marchand éponyme ; celui-ci lui fait péricliter ses affaires en pratiquant des taux d’intérêt modiques et ne cache pas son mépris pour le Juif, crache sur lui (au propre et au figuré), détourne de lui ses amis et monte contre lui ses ennemis.

Shylock est donc réticent à accorder un prêt monétaire à Bassanio sur le compte d’Antonio et n’y consent qu’après avoir fixé en gage une « livre de la chair » d’Antonio. Antonio connaissant un revers de fortune, Shylock exige le recouvrement de sa dette, sachant qu’il entraine ainsi la mort d’Antonio. Shylock se montre d’autant plus insistant que sa fille unique, Jessica, a fui la maison en dérobant sa fortune pour retrouver Lorenzo, un autre ami d’Antonio, après s’être convertie au christianisme.

Refusant d’accorder son pardon, Shylock perd son procès et se voit confisquer le reste de ses avoirs pour avoir voulu attenter à la vie d’un citoyen vénitien alors qu’il est un « étranger ». Le duc de Venise, auquel la moitié de sa fortune revient, consent à le gracier en échange de sa conversion.

L’ours provient de la pièce Le Conte d’Hiver dans laquelle le Barde écrit qu’un personnage sort « poussé par un ours ». N’était-il pas tentant de célébrer ce grand mystère irrésolu de l’histoire du théâtre ? Quel est cet effet de scène ? Est-ce le même ours qui tue Antigonus au milieu de la pièce ?

En vérité tout est possible dans ce conte qui commence comme une tragédie : jalousie, destins funestes et morts douloureuses, puis qui finit en comédie : le berger de sang royal déguisé épouse la bergère… qui se révèle être aussi fille d’un autre roi ! Même la statue de la mère défunte revient à la vie. Tout est permis !

Le Fantôme n’est autre que le spectre du défunt père d’Hamlet, personnage principal de la célèbre et longue tragédie du même nom. Dans cette histoire, le roi du Danemark, père d’Hamlet, meurt et est remplacé sur le trône par son frère Claudius. Moins de deux mois après, Claudius épouse Gertrude, la veuve de son frère. Le spectre du roi apparaît alors et révèle à son fils Hamlet qu’il a été assassiné par Claudius lui-même, pendant son sommeil, à l’aide d’un poison mortel versé dans l’oreille. Hamlet se voit confier la mission de venger son père… mais son oncle lui réserve une autre destinée : ils s’entraineront mutuellement dans une chute fatale.

Suivez ce lien pour connaitre les effets de ces nouveaux personnages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *